office


office

office [ ɔfis ] n. m.
• v. 1190; lat. officium
I
1Vieilli Fonction que l'on doit remplir, charge dont on doit s'acquitter. charge, emploi, fonction. Résigner un office. Loc. fig. Remplir son office : produire son effet naturel, jouer pleinement son rôle. Le blindage de la porte a bien rempli son office. FAIRE OFFICE DE : tenir lieu de. ⇒ servir (de). « Mes amis faisaient office de prospecteurs » (A. Gide). Bureau faisant office de chambre d'ami.
2(XIVe ) Anciennt Fonction permanente et stable dont le titulaire possédait des devoirs déterminés par les coutumes et les ordonnances et avait la propriété de sa charge. Vénalité des offices. « Ceux qui se font honorer pour des charges et des offices » (Pascal).
3(1816) Fonction publique conférée à vie par une décision de l'autorité. Office public, ministériel. Office d'avoué à la cour d'appel, de notaire, d'agent de change. 2. officier.
4Loc. (XIVe) D'OFFICE : par le devoir général de sa charge; sans l'avoir demandé soi-même. Avocat, expert commis, nommé d'office. Par l'effet d'une mesure générale. Être mis à la retraite d'office.
5 Ensemble de livres (souvent des nouveautés) que l'éditeur laisse périodiquement en dépôt chez le libraire.
6(XVIe) Vx Devoir. « Et d'un homme de bien il sait trop bien l'office » (Molière).
7(1863; p.-ê. d'apr. l'angl. office « bureau ») Lieu où l'on remplit les devoirs d'une charge. Établissement qui se consacre à une activité particulière. agence, bureau, étude. Office commercial; office de publicité; office de tourisme.
(1907 ) Service doté de la personnalité morale, de l'autonomie financière et confié à un organisme spécial. Office national, régional, départemental. Office national interprofessionnel des céréales. Office des changes. Office de la langue française.
8(XVIe; autrefois n. f.) Pièce ordinairement attenante à la cuisine où se prépare le service de la table. dépense. Les domestiques prenaient leur repas à l'office. « Les conversations risquent de prendre un air de ragots d'office » (Romains).
II(XIIe)
1Liturg. Office (divin) : ensemble des prières de l'Église, réparties aux heures de la journée. ⇒ heure. Une de ces prières. Office de nuit. Ensemble des prières pour un jour déterminé. L'office du jour. Calendrier des offices. ordo.
2Cour. Toute cérémonie du culte; messe. Célébrer un office. Office des morts, funèbre. « Les fidèles peu matineux manquaient souvent l'office » (Nerval). Spécialt Culte régulier d'une religion autre que le catholicisme; culte protestant (opposé à la messe des catholiques).
III
1(fin XVe) Vx Service que l'on rend à qqn. Mod. (Au plur.) « Vous remercier de vos bons offices » (Duhamel).
2Diplom. Bons offices : démarches d'un État, pour amener des États en litige à négocier. ⇒ conciliation, médiation. La France a proposé ses bons offices. Fam. Monsieur Bons offices : médiateur, négociateur.

office nom masculin (latin officium, devoir) Littéraire. Fonction, charge exercée par quelqu'un, tâche dont on doit s'acquitter : Remplir les plus humbles offices. Service public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière (souvent avec majuscule) : Office de l'azote. Établissement public ou privé se consacrant à une certaine activité : Un office de publicité. Commerce Envoi périodique, par un éditeur aux libraires, d'un nombre limité de livres, venant de paraître ou réimprimés. Histoire Charge ecclésiastique ou civile. Fonction publique, charge avec juridiction (offices de connétable, de chancelier, de maréchal de France, par exemple). Charge de la maison du roi (office de la chambre, de la garde-robe, par exemple). Liturgie Ensemble des prières et des cérémonies publiques. Prières et cérémonies variables suivant la fête (office de la Vierge, office des morts, par exemple). Partie du bréviaire que tout ministre ordonné est tenu de dire chaque jour. ● office (expressions) nom masculin (latin officium, devoir) D'office, par voie d'autorité, sans demande préalable à l'intéressé : Déplacement d'office d'un fonctionnaire ; se dit d'un avocat, d'un expert nommé par l'autorité compétente, par un tribunal. Faire office de, remplacer, jouer le rôle de quelqu'un, servir de quelque chose. Vieux. Faire, remplir son office, accomplir les devoirs de sa charge : Le bourreau a fait son office ; jouer le rôle prévu : Le signal d'alarme n'a pas rempli son office. Office ministériel, fonction conférée à vie par nomination de l'autorité publique ; charge qui est la propriété du titulaire qui l'a achetée. Maître des offices, haut fonctionnaire impérial, au bas Empire romain ; dans l'Empire byzantin, chef du palais impérial. Office divin, ensemble des prières et des cérémonies officielles qui constituent la journée et l'année liturgique. Petit office, office abrégé de la Vierge ou d'un saint. Office de tourisme, organisme officiel chargé auprès du public de l'accueil, de l'information et de l'animation touristique. ● office (synonymes) nom masculin (latin officium, devoir) Littéraire. Fonction, charge exercée par quelqu'un, tâche dont on doit s'acquitter
Synonymes :
- métier
Liturgie. Ensemble des prières et des cérémonies publiques.
Synonymes :
office nom masculin ounom féminin (de office) Local attenant à la cuisine et°ou à la salle à manger, dans lequel on prépare le service de la table. ● office (difficultés) nom masculin ounom féminin (de office) Genre Masculin : un office. Remarque Le mot était autrefois féminin dans le sens de « local attenant à la cuisine où l'on prépare le service de la table » ; il est aujourd'hui masculin dans tous les cas.

office
n. m.
d1./d Vieilli Fonction.
Loc. Mod. Remplir son office. Faire office de: servir de.
|| Loc. D'office: sans l'avoir demandé, par ordre d'une autorité supérieure. Avocat désigné d'office.
d2./d (Plur.) Bons offices: services. Offrir ses bons offices à qqn.
Médiation diplomatique.
d3./d Fonction publique conférée à vie. Office de notaire.
d4./d Bureau, agence. Office touristique.
d5./d ADMIN établissement d'état ou d'une collectivité publique doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Office national des forêts.
d6./d LITURG Office divin ou, absol., office: service religieux.

I.
⇒OFFICE1, subst. masc.
I. —[Ce qui est accompli par obligation morale ou sociale]
A.Vieilli ou littér.
1. [Gén. suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif précisant la nature du devoir ou la circonstance dans laquelle on doit l'accomplir] Devoir (v. ce mot B 1). Tous les offices de la vie civile (Ac. 1798, 1878). C'est l'office d'un bon père, d'un bon fils, d'un bon mari, d'un bon citoyen (Ac. 1935). Le bourgeon [de la vanité] est donc, à tout prendre, un triste conseiller, un pitoyable maître; et, s'il n'est possible de l'extirper jusqu'à la racine, au moins est-ce l'office de l'homme de sens que de le refouler sans cesse, et d'en arrêter les pousses à mesure qu'il les voit poindre (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p.203). Vous devez, ma fille, rappeler d'abord le but continu de la vie humaine, la conservation et le perfectionnement du grand-être, qu'il faut à la fois connaître, aimer, et servir. Chacun accomplit spontanément ce triple office, que la religion systématise par le dogme, culte, et le régime (COMTE, Catéch. posit., 1852, p.92). Ce que nous avons à faire, faisons-le incessamment (...). Armons-nous sans hâte ni délai pour cette part qui est de notre office (CLAUDEL, Corona Benignitatis, 1915, p.370).
2. But, tâche que l'on se donne à soi-même avec le sentiment d'un devoir à remplir. Synon. mission. Je ne pouvais m'exempter de revenir ici, car mon office est d'ouvrir le flanc de Monsanvierge et de fendre la paroi à chaque fois qu'un vol nouveau de colombes y veut entrer (CLAUDEL, Annonce, 1948, prol., p.135). Ce qu'il [Barrès] veut, c'est ranimer ces régions délaissées qui subsistent au fond de notre coeur (...). Voilà sa mission, son office (MASSIS, Jugements, 1923, p.245).
B. —Dans le domaine de la vie publ., admin., etc.
1. a) Tâche que l'on doit accomplir. Synon. charge, emploi, fonction. S'acquitter de son office; vaquer à son office; être préposé à un office; remplir l'office de secrétaire; abandonner, résigner un office. Il fallait un grand nombre de gardes pour empêcher le peuple indigné de remplacer les bourreaux dans leur office (STENDHAL, Abbesse Castro, 1839, p.213). Il m'est impossible de conserver comme garçon de laboratoire une personne qui ne possède aucune des qualités requises pour cet office (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p.98):
1. ... les gens du Monestier, piqués de n'avoir pas un maître d'école comme ceux des autres villages, offrirent la place à Barthélemy. Son office, désormais, fut d'apprendre aux enfants à lire, écrire et chiffrer, de balayer l'église, d'en chasser les chiens et de chanter au lutrin, bref, d'être à la fois le magister et le sacristain de la paroisse.
POURRAT, Gaspard, 1922, p.158.
Faire office de, faire l'office de. Remplir, sans en être le titulaire ou l'agent habituel, la charge de. Synon. faire fonction(s) de (v. fonction I A 3 ). Criton, qui faisait office de maître d'hôtel, servit des gelées, des coulis et des purées (A. FRANCE, Rôtisserie, 1893, p.75). Les Indiens Crow ne pouvaient admettre de luttes intestines; le chef et sa police faisaient donc office d'intermédiaires pour tâcher d'obtenir une réconciliation (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.314).
Faire, remplir son office. S'acquitter de ses fonctions. Voir le bourreau remplir son office (DUMAS père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.583). Montrant [au prêtre de Nemi] les victimes [d'un sacrifice religieux]. Ces gens-là sont contents de mourir. Fais ton office (RENAN, Drames philos., Prêtre Nemi, 1885, II, 3, p.554).
b) P. anal. Usage, destination (d'une chose). Synon. emploi (v. ce mot A 1), rôle. Il en est de cela comme d'un meuble qui ne remplit pas bien l'office auquel il est destiné, ou dont on n'avait pas besoin, et qui embarrasse plutôt qu'il ne sert (SAY, Écon. pol., 1832, p.478). Les critiques docilement décrétaient que l'office essentiel de l'oeuvre d'art est de plaire (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p.723).
Faire office de. Tenir lieu de. Synon. faire fonction de (v.fonction I B 3). Un champignon séché faisant office d'amadou (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936 p.74). Le fossé qui borde talus ou haies fait office de drain (MEYNIER, Paysages agraires, 1958, p.165). Le foie fait également office de réservoir et de régulateur pour plusieurs vitamines, pour divers éléments minéraux et plus spécialement pour le fer (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p.691).
Faire, remplir son office. Produire l'effet escompté, jouer son rôle. La vanité a fait son office; elle ressemble à ces coups de soleil qui brûlent un peu les fruits, mais qui les mûrissent (TAINE, Notes Paris, 1867, p.257). Les batardeaux précédents seraient démolis permettant aux vannes et aux écluses de remplir leur office (ROMANOVSKY, Mer, source én., 1950, p.100).
2. En partic., vieilli. Service de la table. (Dict. XIXe et XXes.). Ce domestique sait bien l'office, sait très bien l'office, entend bien l'office (Ac. 1798-1878).
P. méton. Ensemble des domestiques affectés au service de la table; p. méton. personnel de l'office (v. office2). Dans cette maison, l'office est très nombreux (Ac.). L'on dirait que l'office se doute de quelque chose tellement les valets renforcent leur dédain cérémonieux (A. DAUDET, Rois en exil, 1879, p.369).
3. Spécialement
a) DROIT
) DR. ADMIN. Fonction publique de justice, de finances, conférée à vie pour laquelle le titulaire a le droit de présenter des successeurs. Synon. charge (v. ce mot II B 1 c). Office d'agent de change; office d'avocat au Conseil d'État, à la Cour de Cassation; office d'avoué, de commissaire-priseur, d'huissier, de notaire; céder un office. Le droit de présenter un successeur appartient seulement au titulaire de l'office, à ses héritiers ou légataires, ces derniers perdant le droit si le titulaire a été destitué ou contraint de donner sa démission (Lar. comm. 1930). Les registres exclusivement relatifs à l'exercice des fonctions sont, de même que les dossiers, un accessoire de l'office et, à ce titre, virtuellement compris dans la cession (RÉAU-ROND. 1951, p.900).
Office ministériel. Office auquel sont attachées des fonctions dépendantes de l'administration de la justice (d'apr. CAP. 1936). La fixation du prix des offices ministériels intéresse l'ordre public (RÉAU-ROND. 1951, p.900).
Office public. Office auquel sont attachées des fonctions indépendantes de l'administration de la justice et dont les titulaires jouissent du droit d'authentifier des actes (d'apr. CAP. 1936). Tous les titulaires d'offices publics et d'offices ministériels (ROB. 1959, s.v. officier2 rem.).
) HIST. DU DR. [Sous l'Ancien Régime] Charge publique, inamovible et vénale, qui se transmettait héréditairement. Office de finance, de judicature; office royal; acheter un office; être revêtu d'un office. C'est Louis XII qui achève de fonder la vénalité des offices; c'est Henri IV qui en vend l'hérédité (TOCQUEVILLE, Anc. Rég. et Révol., 1856, p.188). Entré, après la suppression des offices, à la mairie de Paris, il était maintenant un dragon sans-culotte et le greluchon d'une ci-devant (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p.64). De très nombreux offices —près de 4000 en 1789 —étaient accompagnés de privilèges importants, notamment l'anoblissement (Encyclop. Alpha, Paris, Grange Batelière, t.11, 1971, p.4338).
) Loc. adj. ou adv. D'office
DR. PÉNAL. (Qui agit) en vertu des obligations de sa charge. Le juge a informé d'office (Ac.). Lachaud plaide d'office pour lui; et (...) lui obtient une indemnité de 95.000 francs (GONCOURT, Journal, 1876, p.1130). Il avait été chargé de défendre d'office une femme accusée d'avoir volé une paire de bas (THEURIET, Mais. deux barbeaux, 1879, p.7):
2. Smith veut que la justice civile soit payée par les plaideurs. Cette idée deviendrait plus praticable encore, si tous les jugemens étaient rendus, non par des tribunaux nommés d'office, mais par des arbitres choisis par les parties, entre un certain nombre d'hommes désignés à la confiance publique.
SAY, Écon. pol., 1832, p.501.
Avocat (désigné, nommé) d'office. V. avocat I A.
DR. ADMIN. (Qui se fait) par voie d'autorité, sans tenir compte de l'avis de l'intéressé. Être mis à la retraite, être promu d'office; démission, mutation d'office. N'est-ce pas en vertu du principe que nul n'a le droit de nuire à autrui qu'est ordonné l'internement d'office des aliénés dès que l'enquête a démontré qu'ils constituent un danger pour eux-mêmes ou pour autrui (BIOT, Pol. santé publ., 1933, p.29). Ceux-ci [les ministres] démissionnent après leur mise en minorité, mais ne sont pas démis d'office (VEDEL, Dr. constit., 1949, p.169). Être l'objet d'une mesure disciplinaire ou d'un déplacement d'office (LUBRANO-LAVADERA, Législ. et admin. milit., 1954, p.124).
P. ext. (Qui se fait) automatiquement. Envoi d'office (v. envoi B 2). Rien dans le patron d'aujourd'hui (celui de la livraison du premier dimanche du mois, servi d'office et gratuitement aux abonnées) qui demande une explication autre que la toilette de visite (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p.779). Il ne vit plus en Anne cette espèce de supériorité qu'il lui accordait d'office (RADIGUET, Bal, 1923, p.191). Il se savait trop singulier pour que ses jugements sur la vie fussent valables, d'office, pour un autre que lui seul (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p.1457).
b) HIST. DE FRANCE. [Sous l'Ancien Régime]
) Charge de la maison du roi. Les sept offices de la bouche du roi:
3. ... la distinction entre grands officiers de la maison du roi et grands officiers de la couronne n'était pas toujours aisée à établir, depuis que les offices de la maison du roi étant de fait permanents n'apparaissaient plus comme différents des grands offices de la couronne, doués de pérennité comme la couronne elle-même.
MARION Instit. 1923, pp.407-408.
) Grand office de la couronne. Haute dignité de la cour des rois de France, inamovible mais non héréditaire, dont les titulaires étaient attachés au service privé du souverain. Il y avait donc à la fin de l'ancien régime six grands offices de la couronne: le chancelier, le grand maître, le grand chambellan, le grand amiral, les maréchaux, le grand écuyer (MARION Instit. 1923 p.407). V.aussi supra ex. 3.
4. P. méton.
a) Établissement où s'effectue une activité particulière; p. ext. lieu de travail. Synon. agence (v. ce mot I B), bureau (v.ce mot II B 2). Office commercial; office de publicité, de tourisme. Au fond de la salle (...) un petit retranchement en planches (...) était devenu, grâce à un grillage avec chatière, «l'office» du bateau à vapeur, c'est-à-dire le bureau de la Durande (HUGO, Travaill. mer, 1866, p.111).
b) DR. ADMIN. ,,Organisme chargé statutairement d'une tâche ou d'une mission déterminée d'intérêt public`` (Admin. 1972). Office des Anciens Combattants, Office Public d'H.L.M. (O.P.H.L.M.), Office de Radiodiffusion-Télévision française (O.R.T.F.), Office National des Forêts (O.N.F.), Office des Pêches, Offices des Changes. L'office national météorologique a provoqué une enquête sur les périodicités, dont les résultats se trouvent, passim, dans les années 1936 et 1937 de la Météorologie (MAURAIN, Météor., 1950, p.174). L'office des céréales qui a la charge de réglementer et de diriger le marché des céréales (MEYNAUD, Groupes pression Fr., 1958, p.216). Un office national des Forêts doit assurer la mise en valeur et la meilleure exploitation de biens forestiers domaniaux (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.93).
C. —Dans le domaine relig.
1. LITURG. CATH.
a) Office (canonial, divin). Ensemble des prières et des lectures que les chanoines, les religieux et les religieuses doivent chanter ou réciter quotidiennement au choeur à des heures déterminées de la journée. Synon. heures canoniales. Dire, entendre l'office. Sortie des traités sur le plain-chant et l'office divin, rien ne l'intéresse [une religieuse] (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.33). L'émir, visitant à Sébaste l'église de Saint-Jean-Baptiste, est bouleversé par la ferveur des moines latins qu'il a vus en train de réciter l'office (GROUSSET, Croisades, 1939, p.161). V. bréviaire ex. 2.
Livre d'office. Recueil des prières chantées ou récitées au service divin. Acheter un livre d'office (Ac. 1798-1878).
En partic. Ensemble des prières et des lectures prévues pour un moment déterminé, une fête particulière de l'année liturgique. Office du jour; office de la nuit, du matin, du soir; office de saint Jean-Baptiste; calendrier des offices. L'office de cette fête est fort long (Ac.). Jusqu'à six heures, assis par bandes sous les saules, ses camarades et lui [l'abbé Mouret] récitaient en choeur l'office de la Vierge (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p.1301). La liturgie pouvait exhiber le plus merveilleux écrin de son douaire, l'office de saint Thomas (HUYSMANS, En route, t.2, 1895, p.253). La récitation des offices fut souvent assurée jusqu'à l'époque moderne sur de vieux manuscrits dont les graphies nous sont devenues peu familières (L'Hist. et ses méth., 1961, p.587).
Office des morts. Ensemble des prières instituées en commémoration des morts. Aussi mon coeur s'en va quand je vois sur le soir Le convoi d'un défunt, les cierges, le drap noir, Et l'office des morts avec les chants funèbres (DELAVIGNE, Louis XI, 1832, III, 3, p.107). L'office des morts ne veut pas être consolateur; les chants portent l'effroi par la seule résonnance (ALAIN, Propos, 1932, p.1065).
Petit office. Service abrégé de la Vierge ou d'un saint. Quant aux petits offices, deux bougies suffisent (HUYSMANS, Oblat, t.2, 1903, p.181).
♦[Précédé d'un adj. poss.] Ensemble des prières du jour qui sont contenues dans le bréviaire pour la récitation privée. Synon. bréviaire (v. ce mot A 2). Dire, réciter son office; à quoi en êtes-vous de votre office? Quand j'aurai achevé mon office (Ac. 1798-1878). Toute sa journée était remplie par la récitation de son office (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.3, 1848, p.604).
b) Cérémonie du culte; en partic. sacrifice de la messe. Aller à l'office; assister aux offices; manquer l'office; célébrer un office. Dès le neuvième siècle, Amalarius, abbé de Hornbach, au diocèse de Metz, parlait d'instrument en bois destiné à annoncer les offices religieux (D'ALLEMAGNE, Hist. jouets, 1902, p.28). Le trio des saintes femmes assiste quotidiennement à l'office. Et, comme M.le Curé n'a pas d'enfant de choeur pendant la semaine, elles ont la joie de répondre la messe, à tour de rôle, chacune leur jour (MARTIN DU G., Vieille Fr., 1933, p.1026):
4. L'Empereur racontait, qu'aumônier des princes d'Orléans et leur disant un jour la messe, quelque chose d'imprévu les fit sortir successivement durant l'office. L'abbé [Sieyès] se retournant et n'apercevant plus que les valets, ferma le livre et sortit aussi, disant qu'il n'était pas payé pour dire la messe à la canaille.
LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.2, 1823, p.191.
2. P. anal. Cérémonie liturgique (dans une religion autre que la religion catholique). Les offices [dans le judaïsme] sont normalement présidés par le rabbin, maître chargé de l'enseignement et de la prédication, et dirigés par un officiant (hazan), mais ni l'un ni l'autre n'ont de caractère sacerdotal (La Gde encyclop., Paris, Larousse, t.35, 1974, p.7212).
II. —[Ce qui relève de l'obligeance]
A.Vieilli, au sing.
1. (Bon) office. Service que l'on rend à quelqu'un. Le monde que je vois est plein de braves gens, Affables, généreux, probes, intelligents, Dévoués, toujours prêts à rendre un bon office (PONSARD, Honn. arg., 1853, I, 3, p.12). Il fit à la jeune fille des compliments sur sa broderie, et comme elle avait du fil à dévider, il lui présenta ses mains pour ce petit office (DURANTY, Malh. H.Gérard, 1860, p.214).
Faire, rendre office. Rendre service, se montrer obligeant. (Dict. XIXe et XXe s. sauf Ac.).
2. Mauvais office. Acte ou parole susceptible de porter préjudice à quelqu'un. Je veux bien (...) oublier mes injures particulières et tous les mauvais offices que vous m'avez rendus (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t.3, 1821-24, p.126).
B.Au plur. Bons offices
1. Aide que l'on apporte à quelqu'un; en partic. intervention destinée à rapprocher ou à réconcilier des personnes entre elles ou à faciliter la conclusion des affaires qui les intéressent. Synon. aide, assistance, appui, concours, entremise, services. Offrir, proposer ses bons offices; avoir recours aux bons offices de qqn. L'auteur, qui ne vivait pas de son oeuvre, devait compter pour la rémunérer et pour la répandre sur le dévouement de ses amis ou les bons offices de protecteurs prenant en mains les intérêts de sa gloire (Civilis. écr., 1939, p.14-5). Henri VI, manquant à son tour d'argent, résolut d'alimenter son trésor défaillant grâce aux bons offices d'un alchimiste (CARON, HUTIN, Alchimistes, 1959, p.54). Une coopération étroite sera nécessaire entre les maîtres dans chaque classe (elle sera assurée grâce aux bons offices du professeur principal) (CAPELLE, Éc. demain, 1966, p.74).
2. DR. INTERNAT. Démarche d'un État, d'un organisme international (ou de ses représentants) qui propose sa médiation dans le règlement d'un conflit opposant deux autres États. Monsieur bons offices. Il s'agissait d'un différend d'une certaine gravité (...), l'État intéressé (...) exposait sa revendication devant l'opinion publique internationale et requérait les bons offices du Conseil [de la Société des Nations] en vue d'arriver à un règlement satisfaisant (Conseil S.D.N., 1938, p.33). En aucune occasion, le Gouvernement yougoslave —faute d'en avoir sans doute la latitude —ne se tourna vers nous pour demander nos bons offices (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p.203). Le 3juillet, la diète décida d'accepter les bons offices de la Prusse pour conclure la paix avec la France sur la base de l'intégrité de l'Allemagne (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p.450).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1160-74 liturg. cath. «ensemble des prières et des lectures prévues pour une fête déterminée» ici, office des morts (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, Appendice, 688: li maistre clerc chantent l'office); spéc. ca 1223 l'office devin «la messe» (GAUTIER DE COINCI, Mir. Vierge, éd. V. F. Koenig, I Mir 22, 349). B. 1. 1174-76 ofice «fonction, tâche, rôle dont on doit s'acquitter» (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, StThomas, éd. E. Walberg, 2955); 1384-89 faire son office «remplir son rôle» (PHILIPPE DE MÉZIÈRES, trad. de l'Hist. de Griseldis, éd. E. Golenistcheff-Koutouzoff, p.161); fin XVe s. faire office de «remplir la fonction de» (ROQUES t.2, B.N. 13032, 1396); 1612 faire l'office de «remplacer, tenir lieu de» (H. D'URFÉ, L'Astrée, 1re part., éd. H. Vaganay, Lyon, 1925-28, t.1, p.404); 2. fin XIIe s. «charge» (Sermons de St Bernard, éd. W. Foerster, p.13, 30); spéc. ca 1375 nom donné à certaines charges publiques (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, 79, 35). C. Loc. adv. d'office 1. 1283 de son office «en vertu des obligations de sa charge» (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, 1157); 1338 d'ofisse (Etat des dettes de Robiert de Maude, Arch. Tournai ds GDF. Compl.); 1508 d'office (Coutumes d'Anjou ds Nouv. Coutumier gén., t.4, p.536, LXXIII et LXXIV); 2. 1690 «sans en être requis, de son propre chef» (FUR.). D. 1467 «service que l'on rend; aide» (Arch. Nord, B 1693, f° 12 v° ds IGLF); ca 1590 bons offices (MONTAIGNE, Essais, L. II, chap. 8, éd. P. Villey, t.1, p.397); av. 1679 rendre de bons offices «intervenir en faveur de» (Cardinal DE RETZ, Mém., éd. A. Feillet, t.1, p.200). E. 1. 1863 «bureau, agence» (Commission internat. des postes, p.140 ds LITTRÉ: office expéditeur); 2. 1891 «service public de caractère industriel, commercial, administratif, etc., doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière» (loi du 20-21 juillet tendant à la création d'un office du travail ds Rec. Dalloz 1891, 4e part., p.70). Empr. au lat. officium «fonction, devoirs d'une fonction; assistance, service; devoir, obligation morale» qui désigna aussi dès le VIIe s. les offices liturgiques (au plur., ISIDORE ds BLAISE Lat. chrét.). Le sens E est empr. à l'angl. office «lieu où se traitent les affaires publiques ou privées» (dep. 1386, CHAUCER ds NED), d'abord «service, fonction, etc.», empr. au fr. (cf. supra B); v. REY-GAGNON Anglic. Bbg. TRACC. 1907, pp.158-159. — VIDOS (B. E.). Archivum Romanicum. 1930, t.14, p.143. — WIND 1928, p.174.
II.
⇒OFFICE2, subst. fém.
Pièce, généralement attenante à la cuisine, où l'on range la vaisselle et le linge de table et où l'on conserve les provisions; dans les grandes maisons bourgeoises, partie de l'habitation consacrée au service. Offices bien garnies; grande office; manger à l'office; armoire, table, meuble d'office. Donne-toi la peine d'aller chercher toi-même ton couvert à l'office (ZOLA, Curée, 1872, p.363). C'est un fait reconnu que notre esprit se modèle sur celui de nos maîtres, et ce qui se dit au salon se dit également à l'office (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.101). Il régnait dans la maison un silence à peine troublé par un bruit de vaisselle qui montait de l'office (GREEN, Moïra, 1950, p.156).
Rem. ROB., DUB. Gramm. t.2 1967, Lar. Lang. fr. et Pt ROB. 1980 signalent la fréquence de l'emploi masc. de office dans la lang. courante.
Prononc.:[]. Étymol. et Hist. 1330 (Hugues Capet, 233 ds T.-L.). Empr. au lat. officium (office1).
STAT.Office1 et 2. Fréq. abs. littér.:2154. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2546, b) 2746; XXe s.: a) 4848, b) 2599.

office [ɔfis] n. m.
ÉTYM. V. 1190; lat. officium, rac. facere « faire ».
———
I (Fém. jusqu'au début du XVIIe).
1 Vieilli. Fonction que l'on doit remplir, charge dont on doit s'acquitter. Charge, emploi, fonction, métier. || Remplir l'office de secrétaire, d'adjoint… || Résigner, abandonner un office.
1 Lui-même (Dieu) …
Aux seuls enfants d'Aaron commit ses sacrifices,
Aux lévites marqua leur place et leurs offices (…)
Racine, Athalie, II, 4.
Mod.Loc. fig. Remplir son office : produire son effet naturel, jouer pleinement son rôle (→ Café, cit. 4).Faire office, l'office de… : tenir lieu de…, remplacer. Servir (de). → Brider, cit. 2; jeu, cit. 12.
2 Pénétrant plus avant que je ne pouvais faire dans telle région particulière de l'esprit, mes amis faisaient office de prospecteurs.
Gide, Si le grain ne meurt, I, X, p. 257.
3 Pour mourir, il ne suffit pas de souhaiter mourir. Pendant de longues semaines, les organes à l'abandon avaient rempli, malgré tout, leur office.
G. Duhamel, Salavin, V, II.
2 (V. 1354). Anciennt. « Fonction permanente et stable dont le titulaire nommé par lettres de provisions du roi (…) possédait des devoirs déterminés par les coutumes et les ordonnances et avait la propriété de sa charge » (Lepointe, Voc. historique du droit franç.). || « Office de Président, de Conseiller, de Greffier, de Procureur… Office de Finances (…), de Trésorier, Receveur général, Payeur des rentes… » (Furetière, 1690). || Le titulaire d'un office ( Officier) ne pouvait en être privé qu'en cas de forfaiture. || Offices publics (→ Inexpert, cit. 1, Ronsard); offices civils (→ Liste, cit. 6). || Office de clerc, d'homme de loi. || Nul office… (ne) peut faire qu'un roturier devienne un noble (→ Faveur, cit. 1). || Amovibilité (cit.), patrimonialité, hérédité, vénalité des offices. || Offices et états (cit. 86). || Acheter un office (→ Avocat, cit. 7). || Droit payé par le titulaire d'un office. Paulette. || Se faire honorer pour des charges et des offices (→ Emprunter, cit. 24).REM. Ce mot était considéré comme du langage administratif, « les gens du monde se (servant) toujours de… charge » (F. de Callières, 1693).
4 Toutes les fois que votre Majesté crée un office, Dieu crée un sot pour l'acheter.
L. de Pontchartrain, in Guerlac.
Charge militaire. || Office d'armes.
(Ital. Uffizi). || Les Offices, musée de Florence, dont les bâtiments renfermaient à l'origine des services administratifs. aussi Saint-Office.
3 (1816). Fonction publique conférée à vie. || Office public, ministériel. || Droit de présentation (d'un successeur) attaché à un office. || Prix d'un office. || Office d'avocat au Conseil d'État, à la Cour de cassation, d'avoué, d'huissier, de notaire, de commissaire-priseur, d'agent de change, de courtier… ( Officier).
4 (1508; d'ofisse, 1338). Loc. D'office : par le devoir général de sa charge; sans l'avoir demandé soi-même. || Avocat (cit. 13), expert commis, désigné, nommé d'office. || Indigent défendu par un avocat d'office.(1874). Par l'effet d'une mesure générale ou autoritaire. || Être mis à la retraite d'office. || Promu d'office, à l'ancienneté.De façon automatique. || Tu n'as pas besoin de le demander, tu l'auras d'office.
5 Quelques jours après, le Vendéen reçut encore, sans aucune sollicitation et d'office, la croix de l'ordre de la Légion d'honneur et celle de Saint-Louis.
Balzac, le Bal de Sceaux, Pl., t. I, p. 73.
5 Vx. Ce que l'on est tenu de faire, par une obligation morale. Devoir. || C'est l'office d'un bon père (…), d'un bon ami… (Académie, 1694). Spécialt. || Des offices, traité de morale de Cicéron.
6 Et d'un homme de bien il sait trop bien l'office,
Pour se vouloir du tout opposer à justice.
Molière, Tartuffe, V, 4.
7 N'est-ce pas la foi qui conduisit madame la Dauphine dans tous les offices de sa vie chrétienne.
Fléchier, Oraison funèbre de la Dauphine, in Littré.
6 (1863; p.-ê. d'après angl. office « bureau »). Lieu où l'on remplit les devoirs d'une charge, d'une fonction ( Bureau); établissement qui se consacre à une activité particulière. || Office commercial; office de publicité… ( Agence).
(1907). Admin. et cour. Service doté de la personnalité morale, de l'autonomie financière et confié à un organisme spécial. || Office national, régional, départemental, communal. || Directeur, conseil d'administration d'un office. || Office agricole, industriel, scientifique, technique. || Office du combattant, des mutilés et réformés. || Office national interprofessionnel des céréales. || Office du travail. || Office des changes. || Office de la langue française.
7 N. f. Pièce, ordinairement attenante à la cuisine, où se prépare le service de la table. Dépense (cit. 15).REM. Dans cet emploi, le masc. est fréquent et le fém., quoique normal, semble archaïque. || « L'office est-elle loin ? » (Hauteroche, in Littré). || « Une grande office » (Académie). || Les domestiques prenaient leur repas à l'office. || Couronne d'office. Vx. || Les offices (→ Épice, cit. 2).Ragots d'office. Cuisine.
8 Il se trouva que réellement il mourait de faim. Madame de Rênal alla à l'office chercher du pain.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, XXX.
9 C'était, à l'office, un gaspillage effréné, un coulage féroce, qui éventrait les barriques de vin, qui roulait des notes enflées par trois ou quatre mains successives.
Zola, Nana, XIII.
10 (…) ce genre de confidences, où la délicatesse a souvent à souffrir, et où les conversations de l'adultère risquent de prendre un air de ragots d'office (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XX, p. 151.
(1740). Par ext. Vx. Service de la table. || « Elle entend la cuisine et l'office » (Rousseau, Émile, V).
———
II (1636). Relig. || Office (divin) : ensemble des prières de l'Église, réparties aux heures de la journée. Heure (matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies); liturgie. || Les textes de l'office se trouvent dans le psautier, l'antiphonaire, et dans le bréviaire, pour la récitation privée. Bref, bréviaire; livre (d'heures)Une des prières de l'office. || Office de nuit. || « Le premier noyau (de l'office de l'Église d'Occident) est constitué par la vigile ecclésiastique, office nocturne précédant (…) la célébration de la messe du dimanche » (G. Marie, Dict. de liturgie romaine). Nocturnal, nocturne, vigile.(V. 1155). Ensemble des prières pour un jour déterminé (syn. : office du jour, office propre). || Passage de l'Écriture accordé à l'office du jour. Capitule. || Calendrier des offices. Ordo.
11 L'office de nuit des Chartreux, qu'il suivait avec intelligence, calmait un peu ses élancements. Cet office célèbre, que peu de visiteurs ont le courage d'écouter jusqu'à la fin, et qui dure quelquefois plus de trois heures, ne lui paraissait jamais assez long.
Léon Bloy, le Désespéré, p. 78.
12 Trois heures. C'est l'heure où finissent les vêpres chantées, dernier office du jour (…)
Loti, Ramuntcho, I, IV.
(V. 1155). Cour. Cérémonie régulière du culte. Messe, salut, station… || Célébrer un office. Officiant, officier. || Office des morts, office funèbre. Funérailles. || Manquer l'office (→ Matineux, cit.). || Aller tous les dimanches aux offices (→ Haut, cit. 115).Spécialt. Culte régulier d'une religion autre que le catholicisme; spécialt, culte protestant (opposé à la messe des catholiques).
———
III
1 (Fin XVe). Vx. Service que l'on rend à qqn. Service (→ Gratitude, cit. 2). || Bon office. Aide, bienfait (→ Couleur, cit. 33; gratitude, cit. 4). || Mauvais office (→ Détromper, cit. 2; mériter, cit. 9).Faire, rendre office : rendre service.
REM. Au XVIIe s., office désignait spécialement un service rendu par un supérieur à un inférieur; la politesse voulait qu'on « demande un bon office » et que l'on « rende un service ».
2 Mod. (Au plur.). || « L'amitié (cit. 6) n'est qu'un échange de bons offices » (La Rochefoucauld). || Remercier, payer qqn pour ses bons offices. || Offrir, proposer ses bons offices. || Rejeter, accepter les bons offices de qqn.
13 (…) puisqu'on reconnaît si mal mes bons offices (…)
Molière, l'Étourdi, I, 8.
14 Je me souviens que vous m'avez rendu quelques bons offices, et dernièrement encore vous m'avez été utile, car j'ai un peu réparé ma fortune dans vos petites émeutes.
A. de Vigny, Cinq-Mars, XIX.
3 Diplom. Bons offices : tentative d'un État médiateur pour amener des États en litige à négocier, à conclure un traité. Conciliation (→ Interposer, cit. 5).Par ext. || Proposer ses bons offices pour réconcilier deux personnes. Intervention, ministère.Fam. Monsieur bons offices : intermédiaire, conciliateur.
DÉR. (Du même rad.) Official, officiel, officier, officieux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • office — 1. (o fi s ) s. m. 1°   Devoir de la vie. •   Le ciel plus propice M envoie un compagnon en ce pieux office, CORN. Pomp. V, 1. •   Il [le roi] m envoie Faire office vers vous de douleur et de joie, CORN. Hor. IV, 2. •   Si votre main puissante… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • office — of‧fice [ˈɒfs ǁ ˈɒː , ˈɑː ] noun 1. [countable] a room or building where people work at desks: • The agency recently closed its Houston office. • I d like to see you in my office. • I applied for the job of office manager. • There is a shortage… …   Financial and business terms

  • office — Office, n. penac. Tantost signifie cela mesme que Officium en Latin, dont il vient, et suyvant cela on dit, Il m a fait tout bon office d ami, Nihil non officij quod amicum deceat, mihi praestitit, Et correspondance d offices, Officiorum vices,… …   Thresor de la langue françoyse

  • office — OFFICE. s. m. Devoir de la vie humaine, de la societé civile. Il est de l office d un Magistrat, d un bon Pasteur, d un bon citoyen. tous les offices de la vie civile. c est l office d un bon pere, d un bon mary, d un bon amy. Ciceron a fait un… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Office — Of fice, n. [F., fr. L. officium, for opificium; ops ability, wealth, help + facere to do or make. See {Opulent}, {Fact}.] 1. That which a person does, either voluntarily or by appointment, for, or with reference to, others; customary duty, or a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • office — of·fice n 1: a special duty, charge, or position conferred by governmental authority and for a public purpose qualified to hold public office; broadly: a special duty or position of authority hold an office of trust 2: a place where business or… …   Law dictionary

  • office — [ôf′is, äf′is] n. [OFr < L officium < opificium, doing of work < opifex, a worker < opus, a work (see OPUS) + facere, to DO1] 1. something performed or intended to be performed for another; (specified kind of) service [done through… …   English World dictionary

  • office — (n.) mid 13c., a post, an employment to which certain duties are attached, from Anglo Fr. and O.Fr. office (12c. in Old French), from L. officium service, duty, function, business (in Ecclesiastical Latin, church service ), lit. work doing, from… …   Etymology dictionary

  • Office — Of fice, v. t. To perform, as the duties of an office; to discharge. [Obs.] Shak. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • office — [n1] business, responsibility appointment, berth, billet, capacity, charge, commission, connection, duty, employment, function, job, obligation, occupation, performance, place, post, province, responsibility, role, service, situation, spot,… …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.